Archives du blog

Pourquoi devenir conseillère en vente d’automobiles?

Les femmes sont peu présentes dans le domaine de la vente automobile. Pourtant c’est un domaine qui leur convient parfaitement et qu’elles auraient avantage à découvrir. Comme j’ai mentionné dans de précédents articles, les femmes ont naturellement des qualités qui font d’elles d’excellentes conseillères en vente. Elles sont à l’écoute, elles sont organisées et sont très empathiques. Elles ont donc toutes les qualités nécessaires pour briller dans ce métier, mais elles sont souvent mal renseignées par rapport aux réalités qui l’entourent. Voici, entre autres, 5 bonnes raisons de devenir conseillère en vente d’automobiles.

1. Pour un revenu supérieur à la moyenne

Une conseillère-experte en vente d’automobiles peut espérer un salaire avoisinant les 80 000 $ par année. Ces postes ouvrent aussi les portes vers d’autres échelons au sein même de la concession comme celui de directrice aux ventes, qui procurent un revenu et des avantages encore plus élevés. Une conseillère, bien coachée, formée et désirant constamment se renouveler pourra atteindre un revenu à la hauteur de ses compétences et de son expertise.

2. Pour des horaires flexibles

Selon le temps de l’année et l’horaire de vos collègues de travail entre autres, vous aurez la possibilité d’agencer le vôtre à votre vie familiale et sociale. Bien sûr pour être performant, il faut y consacrer temps et énergie. La routine n’existe pas dans ce milieu.

3. Pour travailler dans un environnement stimulant

Le monde de l’automobile est en constante évolution. Les compagnies investissent des milliers de dollars en recherche et développement afin d’offrir des véhicules de plus en plus performants et possédant de nouvelles technologies. Que ce soit pour la sécurité sur la route, la performance ou le potentiel écologique d’un véhicule, les conseillères en vente automobile sont aux premières loges de ces évolutions.

4. Pour un travail valorisant

L’achat d’une nouvelle voiture est source de stress pour plusieurs consommateurs. Aidez un client à choisir le modèle qui lui convient et le voir repartir heureux est extrêmement valorisant. Recevoir les commentaires de clients satisfaits et les conseillers à nouveau quelques années plus tard est le plus beau cadeau.

5. Pour le plaisir de conduire un modèle neuf

Êtes-vous fière de votre véhicule? En travaillant comme conseillère, vous aurez l’occasion de conduire une voiture neuve et d’en changer régulièrement. En effet, les concessionnaires mettent à votre disposition des démonstrateurs dans le but d’en faire la promotion et d’en apprendre les caractéristiques

 

Si devenir conseillère-experte en vente d’automobiles vous intéresse, foncez! La demande est réelle! Plusieurs concessionnaires sont à la recherche de conseillère-experte. Pour plus de renseignements, visitez le:

www. academie-coaching-elite.com

Publicités

Expérience d’achat: L’histoire de Valérie

 

hyundai linking

 

Valérie était étudiante lorsque ses parents décidèrent de lui acheter une voiture neuve. Valérie allait voyager d’Ottawa à Sherbrooke toutes les fins de semaine, alors elle devait avoir une auto en ordre. Ils voulaient savoir leur fille en sécurité et aussi la mettre à l’abri des dépenses inattendues de réparation. Budget et critères en tête, Valérie et sa mère partirent faire le tour des concessionnaires. Elles n’avaient pas de marque privilégiée, elles souhaitaient seulement trouver une voiture abordable, consommant peu, 4 portes et automatique.

Le premier concessionnaire qu’elles visitèrent était Mazda. C’est un jeune conseiller qui les accueillit. Il n’avait pas l’air très bien informé sur le produit qu’il vendait. Il répondait aux questions que Valérie et sa mère posaient de façon très évasive et utilisait des phrases préfabriquées. Le conseiller en vente, Valérie et sa mère se rendirent dans le stationnement afin de voir l’inventaire. À un certain moment, il décida d’enlever son veston et il alla le porter dans sa voiture. Cela ne fait pas très professionnel! De plus, elles n’ont pas trouvé très rassurant le fait que le conseiller ne possédait pas une Mazda, mais bien une BMW et qu’il semblait fier de la leur montrer!! Les deux femmes quittèrent le concessionnaire en espérant que leurs autres visites se dérouleraient autrement.

Valérie et sa mère se rendirent chez Volkswagen où elles constatèrent que les voitures n’étaient pas dans leur budget. Un conseiller positif et dynamique leur présentât quand même des voitures usagées, mais aucune d’entre elles ne convenaient à Valérie. Les deux femmes visitèrent une dizaine de concessionnaires, mais il y avait toujours quelque chose qui les faisait hésiter. Les deux femmes qui ne se sentaient pas dans leur élément auraient adoré se faire aider par une femme, mais ce ne fut pas le cas, aucune conseillère parmi tous les concessionnaires visités.

Les deux femmes se rendirent ensuite chez un concessionnaire Hyundai où elles furent accueillies par un vrai <<vendeur de chars>> selon leurs dires. Un homme qui ne les écoutait pas et qui essayait de leur vendre ce que lui voulait. En effet, il voulait leur vendre une voiture usagée au prix de 4,000 $ quand elles disaient vouloir une voiture neuve et fiable qui ne nécessiterait pas de réparations dans un futur proche. Pour ajouter à la situation déjà désagréable, le vendeur invita la mère de Valérie à aller souper durant le rendez-vous.

Ayant aimé un modèle chez Hyundai, elles décidèrent de retourner dans un autre concessionnaire de la même marque. Elles furent accueillies par Francis, un homme à l’écoute qui répondit à toutes leurs questions de façon claire et précise en employant plusieurs termes et des exemples pour être certain qu’elles comprenaient bien. Le processus d’achat fut très rapide et sans problèmes. Francis s’assura que ses clientes soient satisfaites à tous les moments de la transaction.

Valérie put commencer l’Université avec sa nouvelle voiture et tout le monde fut ravi. L’année suivante, la mère de Valérie dut changer sa voiture. Devinez qui elle décida d’aller voir. Francis.

Un bon conseiller dispose de plusieurs ressources qui lui permettent de servir et de guider correctement ses clients. Il est à l’écoute, transparent, clair et précis. C’est tout cela qui fait une vente et même deux!

Portraits de femmes: Catherine, conseillère aux ventes

Catherine est conseillère aux ventes automobiles depuis 3 ans. Lors de sa recherche d’emploi, elle ne savait pas encore qu’elle voulait faire ce métier. Elle savait, par contre, qu’elle adorait travailler avec le public et qu’elle souhaitait devenir représentante. C’est en visitant le Salon de l’auto qu’elle eut le déclic. Elle, qui aime les voitures depuis l’enfance, allait devenir conseillère en vente automobile. Tous les aspects de ce métier plaisaient à Catherine. De plus, elle aimait le fait qu’elle pourrait continuer de travailler avec le public tout en ayant son propre bureau.

 

Le parcours de Catherine est différent de celui de la majorité des conseillères et conseillers aux ventes automobiles. Elle fut recrutée directement au Salon de l’auto par une compagnie de voiture bien connue et elle dut apprendre le métier sur le terrain. Selon elle, ce fut un processus long qui évolua une étape à la fois. Elle admet que les conseillers et conseillères qui avaient suivi un cours avaient une longueur d’avance sur elle, ils en avaient déjà beaucoup appris, du moins pour la partie technique des choses. Catherine est maintenant coachée par une équipe de professionnelles qui l’aide à améliorer ses performances au travail.

 

En plus de combiner deux de ses passions, le métier de conseillère aux ventes automobiles permet aussi à Catherine d’avoir des horaires flexibles et changeants, ce qu’elle apprécie beaucoup. Selon Catherine, le métier de la vente automobile est adapté pour la femme. Même si elle admet que les oreilles prudes auront plus de difficultés, elle est certaine que si une femme est capable de prendre sa place, elle sera heureuse dans la vente automobile. Elle croit même que les femmes ont une longueur d’avance sur les hommes en ce qui concerne le service à la clientèle. Selon elle, les femmes conseillères obtiennent plus rapidement la confiance des clients grâce à leur écoute et aux explications plus détaillées qu’elles transmettent.

 

Avec sa détermination et sa passion, on ne peut que prédire un brillant avenir à Catherine dans le domaine de l’automobile. Et qui sait, peut être un poste de directrice… On le lui souhaite!

Expérience d’achat: l’histoire de Chantal

0001888377JJ-1920x1280 L’achat d’une nouvelle voiture est toujours un peu stressant. On investit une grande somme d’argent, alors on veut être certaines de faire le bon choix. Bien que le prix et la performance d’un véhicule soient des éléments importants, le service reçu lors de la visite d’un concessionnaire l’est tout autant. En effet, voici l’histoire de Chantal qui prouve que même un meilleur prix ne veut pas dire une vente assurée.

Chantal et son mari souhaitaient faire l’acquisition d’une nouvelle voiture pour lui. Ils décident donc de retourner chez leur concessionnaire de confiance, chez qui ils ont déjà acheté plusieurs voitures auparavant. Lors de la première visite, le mari de Chantal se rend seul chez le concessionnaire. Il rencontre un homme courtois et respectueux qui veut vendre une voiture. Heureux de sa rencontre, le mari  décide de retourner faire la transaction finale avec sa femme. Bonne nouvelle pour le conseiller aux ventes, elle aime la voiture et ils décident de faire la transaction. Seul bémol, l’attitude du conseiller est très différente de celle qu’il avait la première fois que le mari  est allé seul chez le concessionnaire. Le conseiller devient très arrogant, donne des réponses évasives aux questions de Chantal et va même jusqu’à répondre aux questions de madame en s’adressant à son mari plutôt qu’à elle. Pour ajouter à la situation déjà désagréable, le contrat créé par le conseiller n’est pas clair et il semble impossible d’obtenir plus de détails et d’explications sur les chiffres qui y sont inscrits. À ce moment, Chantal et son mari sont perplexes et décident de quitter le concessionnaire en laissant tout de même un dépôt de sécurité.

Ils se rendent chez un autre concessionnaire, de la même marque, pour comparer les prix et avoir des réponses à leurs questions. Le conseiller aux ventes qui les reçoit est très courtois et respectueux. Il est conscient de leur histoire, ne met aucune pression sur eux et répond bien à toutes leurs questions. Si bien que Chantal et son conjoint décident de faire affaire avec lui, et ce même si le prix qu’il propose semble un peu plus élevé. Ils obtiennent cependant plus d’accessoires.

À leur retour chez le premier concessionnaire, pour aller chercher leur dépôt, ils sont très mal reçus par le conseiller. Ils ont droit à une scène énorme et se font même insulter, dans la salle d’exposition, devant les autres clients. Grâce au directeur des ventes, ils réussissent à récupérer leur dépôt, mais sont conscients qu’ils ne retourneront plus jamais faire affaire avec ce concessionnaire.

Petite morale de l’histoire :

Le conseiller a perdu une vente.

Chantal s’en ai tiré avec une opinion très négative de son expérience d’achat et n’est pas pressé de remettre les pieds chez un concessionnaire.

Le concessionnaire a perdu la vente, les futures ventes à ce couple et toutes les ventes potentielles aux membres de leurs familles, amis et collègues !

Petit conseil aux conseillers et aux directeurs des concessionnaires : Un client, c’est important, mais deux, c’est mieux !

%d blogueurs aiment cette page :