Archives d’Auteur: Carole Tourigny

Expérience d’achat: L’histoire de Valérie

 

hyundai linking

 

Valérie était étudiante lorsque ses parents décidèrent de lui acheter une voiture neuve. Valérie allait voyager d’Ottawa à Sherbrooke toutes les fins de semaine, alors elle devait avoir une auto en ordre. Ils voulaient savoir leur fille en sécurité et aussi la mettre à l’abri des dépenses inattendues de réparation. Budget et critères en tête, Valérie et sa mère partirent faire le tour des concessionnaires. Elles n’avaient pas de marque privilégiée, elles souhaitaient seulement trouver une voiture abordable, consommant peu, 4 portes et automatique.

Le premier concessionnaire qu’elles visitèrent était Mazda. C’est un jeune conseiller qui les accueillit. Il n’avait pas l’air très bien informé sur le produit qu’il vendait. Il répondait aux questions que Valérie et sa mère posaient de façon très évasive et utilisait des phrases préfabriquées. Le conseiller en vente, Valérie et sa mère se rendirent dans le stationnement afin de voir l’inventaire. À un certain moment, il décida d’enlever son veston et il alla le porter dans sa voiture. Cela ne fait pas très professionnel! De plus, elles n’ont pas trouvé très rassurant le fait que le conseiller ne possédait pas une Mazda, mais bien une BMW et qu’il semblait fier de la leur montrer!! Les deux femmes quittèrent le concessionnaire en espérant que leurs autres visites se dérouleraient autrement.

Valérie et sa mère se rendirent chez Volkswagen où elles constatèrent que les voitures n’étaient pas dans leur budget. Un conseiller positif et dynamique leur présentât quand même des voitures usagées, mais aucune d’entre elles ne convenaient à Valérie. Les deux femmes visitèrent une dizaine de concessionnaires, mais il y avait toujours quelque chose qui les faisait hésiter. Les deux femmes qui ne se sentaient pas dans leur élément auraient adoré se faire aider par une femme, mais ce ne fut pas le cas, aucune conseillère parmi tous les concessionnaires visités.

Les deux femmes se rendirent ensuite chez un concessionnaire Hyundai où elles furent accueillies par un vrai <<vendeur de chars>> selon leurs dires. Un homme qui ne les écoutait pas et qui essayait de leur vendre ce que lui voulait. En effet, il voulait leur vendre une voiture usagée au prix de 4,000 $ quand elles disaient vouloir une voiture neuve et fiable qui ne nécessiterait pas de réparations dans un futur proche. Pour ajouter à la situation déjà désagréable, le vendeur invita la mère de Valérie à aller souper durant le rendez-vous.

Ayant aimé un modèle chez Hyundai, elles décidèrent de retourner dans un autre concessionnaire de la même marque. Elles furent accueillies par Francis, un homme à l’écoute qui répondit à toutes leurs questions de façon claire et précise en employant plusieurs termes et des exemples pour être certain qu’elles comprenaient bien. Le processus d’achat fut très rapide et sans problèmes. Francis s’assura que ses clientes soient satisfaites à tous les moments de la transaction.

Valérie put commencer l’Université avec sa nouvelle voiture et tout le monde fut ravi. L’année suivante, la mère de Valérie dut changer sa voiture. Devinez qui elle décida d’aller voir. Francis.

Un bon conseiller dispose de plusieurs ressources qui lui permettent de servir et de guider correctement ses clients. Il est à l’écoute, transparent, clair et précis. C’est tout cela qui fait une vente et même deux!

Publicités

Portraits de femmes: Nathalie Boies

Nathalie Boies

Nathalie Boies est propriétaire de Drummondville Volkswagen et de Volkswagen Victoriaville. Son père étant propriétaire d’un commerce de voitures d’occasion, elle est initiée au monde de l’automobile dès son plus jeune âge. Bien qu’elle ait un intérêt pour ce domaine, Nathalie décide de poursuivre dans une autre voie et fait des études qui la mènent à travailler dans le domaine de la publicité. Travaillante acharnée, elle cumule 4 emplois tout en étant étudiante. C’est après avoir travaillé une quinzaine d’années dans le domaine de la publicité chez l’agence Cossette que Nathalie décide de devenir entrepreneure. Ainsi, en 2010, elle fonde l’agence de publicité Walkiri Marketing.

Quelques mois plus tard, Nathalie décide de se lancer dans une nouvelle aventure. N’ayant pas froid aux yeux et désirant réaliser un de ses rêves de petites filles, elle acquiert sa première concession automobile, Drummondville Volkswagen. 1 an plus tard, elle fait l’acquisition de sa deuxième concession et devient propriétaire de Volkswagen Victoriaville. En octobre 2013, l’agence Walkiri Marketing ouvre un deuxième bureau dans la région de Drummondville. En tout, Nathalie devient propriétaire de 4 entreprises, et ce, en l’espace de quatre ans seulement.

Bien que Nathalie n’ait jamais travaillé au niveau de la vente dans ses concessions, elle est très consciente des réalités qui entourent ce métier. Elle trouve que trop peu de femmes osent le pratiquer. Pourtant, les femmes ont bel et bien leur place dans ce domaine si l’on considère qu’elles ont une influence sur presque chaque voiture vendue sur le marché. Les temps ont changé et maintenant les femmes conduisent et achètent des voitures. L’achat d’une voiture se fait maintenant, souvent, en couple. Il est donc important que les femmes soient représentées dans les salles d’exposition et qu’elles reçoivent un service adapté lorsqu’elles s’y présentent. De plus, Nathalie croit que les femmes possèdent naturellement des qualités qui font d’elles d’excellentes conseillères en vente automobile. Elles sont généralement organisées, minutieuses et à l’écoute des besoins des clients. Elles ont tout pour réussir dans ce domaine.

Selon Nathalie, même si les qualités comme l’organisation et l’écoute sont importantes pour être une bonne conseillère, il est primordial de comprendre la performance et les caractéristiques d’une voiture et de pouvoir bien les expliquer. Chez Drummondville Volkswagen et Volkswagen Victoriaville, le service à la clientèle est l’une des choses les plus importantes. Nathalie s’assure que les gens qui font partie de son équipe soient compétents et aient la bonne attitude pour représenter ses concessions. Ainsi, il est déjà arrivé à Nathalie d’embaucher un conseiller qui n’avait pas d’expérience dans la vente automobile, mais qui était passionné par la marque Volkswagen et qui avait une bonne attitude.

Nathalie est une femme qui fonce et qui n’a pas peur de réaliser ses rêves. Même si elle évolue dans deux domaines qui sont considérés comme non traditionnels pour une femme; l’entrepreneuriat et l’automobile, sa réussite est tout de même fulgurante. Nathalie a travaillé fort et a mérité son succès. Elle ne s’est jamais imposé de limites. Elle invite les femmes qui en ont envie à faire comme elle et à pratiquer ces métiers catégorisés comme non traditionnels. Avis à celles qui seraient intéressées, les concessionnaires que possèdent Nathalie et son associé sont toujours en croissance. Elle est donc à la recherche de nouveaux talents et elle adorerait que plus de femmes se joignent à son équipe. L’invitation est lancée et la demande est réelle! C’est à vous de jouer!

Les qualités pour devenir conseillère en vente d’automobiles

0010772970K-849x565Afin de réussir dans cette carrière passionnante, il vous faudra avant tout avoir le désir et la capacité de vouloir servir. Être conseillère en vente, c’est être au service des clients afin de les renseigner, d’analyser leurs besoins et de les éclairer dans leurs décisions d’achat.

Il vous faudra un grand sens de l’écoute, de l’empathie et une attitude de relation d’aide. Ces qualités, qui sont essentielles, sont déjà naturellement présentes chez les femmes en général et elles font en sorte que celles-ci réussissent très bien dans cette carrière.

Je remarque aussi que celles qui réussissent ont beaucoup de rigueur. Elles développent des processus et des techniques de vente qu’elles appliquent avec discipline. Elles savent planifier leurs horaires, car elles sont autonomes. Il ne faut pas oublier que chaque conseiller est en soi une petite entreprise au sein de la concession. Les bonnes habitudes de travail, la volonté de réussir, ainsi que des objectifs à court, moyen et long terme feront de vous des gagnantes.

Un défaut attribué aux conseillers en vente d’automobiles est la malhonnêteté. Qui n’a pas entendu cette phrase, un vendeur, c’est un menteur! Malheureusement, cette façon de penser est encore très répandue. Il vous faudra donc être claire, précise et transparente dans votre approche avec les clients. Une première impression est vraiment très tenace, vous n’aurez pas deux chances, car les clients sont exigeants et ils font bien. L’achat d’une automobile est important. Il s’agit du deuxième plus gros achat à usage quotidien après la résidence. On pense, entre autres, à la sécurité pour la famille, au budget disponible, à la commodité, au confort et à la multitude des choix offerts. Ce n’est vraiment pas une mince affaire l’achat d’une voiture! Votre intérêt à vouloir conseiller le client en adoptant une attitude très franche et transparente sera remarqué et fera de vous une conseillère recherchée.

La vente automobile c’est servir les clients qui se présentent en concession, qui téléphonent ou qui magasinent en passant par internet. Il y a plusieurs compétences à développer afin que ces clients deviennent des ventes. Les femmes qui réussissent ont développé une grande capacité à créer des relations et ont une technique impeccable.

Elles sont empathiques, à l’écoute, efficaces, tenaces, réactives et elles sont expertes sur ce qu’elles vendent.

En terminant, je dirais qu’elles dégagent une grande confiance en elles. Les femmes créent des relations et ne font pas que des transactions.

N’hésitez pas à communiquer avec moi afin de découvrir à quel point notre cours de conseillers experts vous aidera et vous guidera afin d’atteindre un niveau de performance bien au-delà de celle de l’industrie actuel.

Carole Tourigny

Formatrice/Coach

Portraits de femmes: Line St-Pierre, Directrice des ventes commerciales

Line St-Pierre

Line St-Pierre, Directrice des ventes commerciales chez Desjardins Ford

 

Line St-Pierre est Directrice des ventes commerciales chez Desjardins Ford. Ayant toujours travaillé pour Ford Canada, Line a maintenant 20 années d’expérience à son actif.

Après avoir fait des études collégiales en administration, Line s’est tout de suite trouvé un emploi comme commis de bureau dans un concessionnaire Ford. À l’époque, elle n’avait pas un intérêt particulier pour les voitures. Elle était simplement contente d’avoir pu se trouver un emploi aussi rapidement à la fin de ses études.

Après 8 années passées dans différents postes à l’administration, un poste s’est ouvert au niveau de la gestion des ventes. Line a donc sauté sur l’occasion et est devenue directrice adjointe aux ventes. Quelques années plus tard, grâce à sa persévérance et à l’expérience acquise au cours de ses années de service chez Ford, elle est devenue directrice des ventes commerciales, poste qu’elle occupe depuis maintenant 10 ans. Au fil des années, Line s’est spécialisée dans la vente de camions modifiés prêts pour le travail. Par exemple, elle peut vendre des camions dompeurs à des entrepreneurs en construction ou des camions avec fourgons à des plombiers. La clientèle cible de Line est majoritairement masculine. Même s’il peut être facile de croire qu’une femme aurait plus de difficultés à vendre des camions à des hommes, ce n’est pas le cas. En effet, Line détient la première place aux palmarès des ventes commerciales au Québec et dans les maritimes et elle est quatrième au Canada.

Line croit que son travail comme directrice des ventes commerciales comporte plusieurs avantages. Selon elle, c’est comme posséder sa propre petite entreprise dans une entreprise déjà existante. Par exemple, c’est elle qui gère ses horaires et qui génère sa clientèle et ses revenus. Travailler au niveau commercial lui offre aussi la possibilité d’avoir des heures de travail plus régulières puisque les clients avec qui Line fait affaire travaillent généralement de 8 h à 5 h.

Madame St-Pierre a vu évoluer le domaine de la vente automobile au cours des 20 dernières années. Bien qu’elle admette que les femmes y sont encore trop peu nombreuses, elle croit que celles qui réussissent à percer et à rester dans ce domaine réussissent très bien. Souvent même mieux que les hommes grâce à certaines qualités comme le sens de l’organisation l’écoute et la minutie! Selon elle, pour travailler dans ce milieu qui est majoritairement masculin, une femme doit savoir faire sa place et être capable de travailler sous pression. Travailler avec une majorité d’hommes ne cause pas de problèmes à Line. Elle admet toutefois qu’elle peut argumenter avec quelques un de ses collègues à cause des différences dans leurs perceptions de certaines situations. Mis à part ce bémol et quelques blagues de macho, elle ne croit pas qu’évoluer dans un milieu masculin soit plus problématique que d’évoluer dans un domaine mixte.

Line St-Pierre est un excellent exemple de ce que les femmes sont capables d’accomplir dans le domaine automobile. Un modèle de travail acharné et de talent qui ont réussi à la mener où elle est aujourd’hui. Avis à celles qui auraient pu se sentir interpellé par l’histoire de Line, elle affirme qu’il y a une demande grandissante pour des femmes en concessions. La demande est là, il ne manque que vous.

Portraits de femmes: Catherine, conseillère aux ventes

Catherine est conseillère aux ventes automobiles depuis 3 ans. Lors de sa recherche d’emploi, elle ne savait pas encore qu’elle voulait faire ce métier. Elle savait, par contre, qu’elle adorait travailler avec le public et qu’elle souhaitait devenir représentante. C’est en visitant le Salon de l’auto qu’elle eut le déclic. Elle, qui aime les voitures depuis l’enfance, allait devenir conseillère en vente automobile. Tous les aspects de ce métier plaisaient à Catherine. De plus, elle aimait le fait qu’elle pourrait continuer de travailler avec le public tout en ayant son propre bureau.

 

Le parcours de Catherine est différent de celui de la majorité des conseillères et conseillers aux ventes automobiles. Elle fut recrutée directement au Salon de l’auto par une compagnie de voiture bien connue et elle dut apprendre le métier sur le terrain. Selon elle, ce fut un processus long qui évolua une étape à la fois. Elle admet que les conseillers et conseillères qui avaient suivi un cours avaient une longueur d’avance sur elle, ils en avaient déjà beaucoup appris, du moins pour la partie technique des choses. Catherine est maintenant coachée par une équipe de professionnelles qui l’aide à améliorer ses performances au travail.

 

En plus de combiner deux de ses passions, le métier de conseillère aux ventes automobiles permet aussi à Catherine d’avoir des horaires flexibles et changeants, ce qu’elle apprécie beaucoup. Selon Catherine, le métier de la vente automobile est adapté pour la femme. Même si elle admet que les oreilles prudes auront plus de difficultés, elle est certaine que si une femme est capable de prendre sa place, elle sera heureuse dans la vente automobile. Elle croit même que les femmes ont une longueur d’avance sur les hommes en ce qui concerne le service à la clientèle. Selon elle, les femmes conseillères obtiennent plus rapidement la confiance des clients grâce à leur écoute et aux explications plus détaillées qu’elles transmettent.

 

Avec sa détermination et sa passion, on ne peut que prédire un brillant avenir à Catherine dans le domaine de l’automobile. Et qui sait, peut être un poste de directrice… On le lui souhaite!

Expérience d’achat: l’histoire de Chantal

0001888377JJ-1920x1280 L’achat d’une nouvelle voiture est toujours un peu stressant. On investit une grande somme d’argent, alors on veut être certaines de faire le bon choix. Bien que le prix et la performance d’un véhicule soient des éléments importants, le service reçu lors de la visite d’un concessionnaire l’est tout autant. En effet, voici l’histoire de Chantal qui prouve que même un meilleur prix ne veut pas dire une vente assurée.

Chantal et son mari souhaitaient faire l’acquisition d’une nouvelle voiture pour lui. Ils décident donc de retourner chez leur concessionnaire de confiance, chez qui ils ont déjà acheté plusieurs voitures auparavant. Lors de la première visite, le mari de Chantal se rend seul chez le concessionnaire. Il rencontre un homme courtois et respectueux qui veut vendre une voiture. Heureux de sa rencontre, le mari  décide de retourner faire la transaction finale avec sa femme. Bonne nouvelle pour le conseiller aux ventes, elle aime la voiture et ils décident de faire la transaction. Seul bémol, l’attitude du conseiller est très différente de celle qu’il avait la première fois que le mari  est allé seul chez le concessionnaire. Le conseiller devient très arrogant, donne des réponses évasives aux questions de Chantal et va même jusqu’à répondre aux questions de madame en s’adressant à son mari plutôt qu’à elle. Pour ajouter à la situation déjà désagréable, le contrat créé par le conseiller n’est pas clair et il semble impossible d’obtenir plus de détails et d’explications sur les chiffres qui y sont inscrits. À ce moment, Chantal et son mari sont perplexes et décident de quitter le concessionnaire en laissant tout de même un dépôt de sécurité.

Ils se rendent chez un autre concessionnaire, de la même marque, pour comparer les prix et avoir des réponses à leurs questions. Le conseiller aux ventes qui les reçoit est très courtois et respectueux. Il est conscient de leur histoire, ne met aucune pression sur eux et répond bien à toutes leurs questions. Si bien que Chantal et son conjoint décident de faire affaire avec lui, et ce même si le prix qu’il propose semble un peu plus élevé. Ils obtiennent cependant plus d’accessoires.

À leur retour chez le premier concessionnaire, pour aller chercher leur dépôt, ils sont très mal reçus par le conseiller. Ils ont droit à une scène énorme et se font même insulter, dans la salle d’exposition, devant les autres clients. Grâce au directeur des ventes, ils réussissent à récupérer leur dépôt, mais sont conscients qu’ils ne retourneront plus jamais faire affaire avec ce concessionnaire.

Petite morale de l’histoire :

Le conseiller a perdu une vente.

Chantal s’en ai tiré avec une opinion très négative de son expérience d’achat et n’est pas pressé de remettre les pieds chez un concessionnaire.

Le concessionnaire a perdu la vente, les futures ventes à ce couple et toutes les ventes potentielles aux membres de leurs familles, amis et collègues !

Petit conseil aux conseillers et aux directeurs des concessionnaires : Un client, c’est important, mais deux, c’est mieux !

Bonne nouvelle! Un programme de mentorat pour les femmes dans l’industrie automobile

muscle car

Je connais une jeune femme, Camille, qui est vraiment heureuse de vivre à notre époque. Elle avoue avoir toujours eu une passion pour les voitures antiques, surtout les « muscles cars ». Elle a donc voulu et pu rallier son travail et sa passion en choisissant de devenir carrossière, avec le but ultime de se spécialiser en restauration de voitures antiques.

C’est un métier non-traditionnel pour une femme et il n’y a pas si longtemps, elle n’aurait pu qu’ y rêver. Les démarches pour s’inscrire ont été simples et la réponse fut rapide, elle était accepté. Les défis seront plutôt lorsqu’elle sera en emploi. Elle reconnait elle-même qu’elle devra « faire sa place » dans ce monde d’homme en prouvant qu’elle est à la hauteur de la tâche.

Je travaille dans le domaine automobile depuis plus de 25 ans et je peux dire, que oui, elle devra faire sa place et que ce ne seras pas facile, ni évident à tous les jours. Cependant, c’est un milieu stimulant et tellement gratifiant, ou nos efforts sont récompensé par la satisfaction du travail bien accompli et par le sourire des clients que l’on rends heureux. Ce n’est pas rien une voiture, ca génère des passions!

Je lui ai demandé ce que représenterait pour elle de faire partie d’un programme de mentorat. Voici sa réponse : J’en profiterais pour bénéficier de leurs conseils et je pourrais mieux comprendre par la suite, comment les industries diffèrent l’une de l’autre.

Camille sera heureuse d’apprendre qu’un tel programme sera mis sur pieds et que plusieurs femmes pourront bénéficier de mentorat si elles choisissent un métier non traditionnel, touchant le domaine automobile. Avec un tel programme, avec ta fougue et ta passion, je n’ai aucune doute Camille, que tu réussiras à faire ta propre place!

Voici le communiqué émis par le CSMO-Auto , a ce propos.

http://www.csmo-auto.com/nouvelles/nouvelles/projet-dedie-aux-femmes-de-lindustrie.html

GM, le premier constructeur qui s’adresse aux femmes

Ce n’est un secret pour personne, les femmes sont de plus en plus présentes sur le marché de l’automobile. Que ce soit pour l’achat d’un véhicule personnel ou pour l’achat du véhicule familial, les femmes achètent maintenant presque autant de voitures que les hommes. Selon le Road&Travel Magazine, elles influenceraient même jusqu’à 95 % les décisions d’achat. Pourtant, il semble que le marketing automobile soit, encore, uniquement dirigé vers les hommes. Les manufacturiers n’auraient-ils pas avantage à adapter leurs techniques de marketing pour cibler les femmes ? Le manufacturier GM a compris. Afin de bien cibler sa clientèle québécoise, la compagnie a fait appel à la très réputée agence Cossette pour leur nouvelle campagne publicitaire intitulé : Chevrolet, ça me va bien! La campagne intégrée qui comprend, entre autres, 6 annonces télévisées met en scène autant les hommes que les femmes. Ainsi, pour une des premières fois de l’histoire au Québec, on peut voir des publicités automobiles qui s’adressent directement aux femmes. Les segments destinés à la gent féminine mettent en scène des femmes actives, qui s’affirment et prennent part à la vraie vie. Fini les pubs de mères qui vont reconduire leurs enfants à l’école ou les femmes accessoires qui sont assisses du côté passager. gm trax gm sonic Dans les salles d’exposition du concessionnaire, différentes annonces sont disposées sur les voitures. L’opinion des conseillers en vente face à cette nouvelle campagne publicitaire est assez mitigée. Certains aiment la publicité et croient qu’il était temps qu’on s’adresse aux femmes. D’autres trouvent ça de mauvais goût ou préfèreraient ne pas avoir de publicité du tout. Peu importe, cette campagne fait jaser et elle met la lumière sur le besoin d’adaptation qu’a le marché de l’automobile.

La force des médias sociaux!

Laura Madison

Pour lire l’article complet sur Laura Madison, cliquez sur la photo.

Quant on veut , on peut!

Voici une jeune femme, très inspirante, qui est vraiment de son temps. Elle a su tirer parti de ses relations sur les médias sociaux afin d’augmenter sa visibilité et ainsi satisfaire une clientèle très actuelle qui recherche avant tout une relation avec un conseiller et non un concessionnaire pour faire leur achat automobile.

Des femmes conseillères automobile, oh que oui!

La vente automobile : pour les femmes?

cropped-tumblr_inline_niu2a8gtpk1t9lkmp3.jpg

Être conseillère en vente automobile, ce n’est pas une mince affaire. C’est un domaine typiquement masculin ou très peu de femmes osent mettre les pieds, même en 2015. Pourtant, j’ai pu constater au fil des 25 dernières années passé à travailler dans ce milieu, que celles qui le font ont beaucoup de succès.

L’arrivée des femmes dans les salles de montre, change la dynamique du milieu de travail et fait évoluer les rapports avec la clientèle, qui en passant est aussi de plus en plus féminine. Aujourd’hui, près d’une vente sur deux est faite à une femme.

Est-ce que les femmes sont mal reçues dans un métier traditionnellement masculin? Non, c’est plutôt l’incompétence qui est mal reçue. De plus en plus de concessionnaires sont à la recherche de personnel féminin, mais l’offre n’est pas la.

La vente automobile par des femmes? Certainement!

Naturellement, les femmes possèdent des qualités qui font d’elles d’excellentes conseillères en vente. En général, elles ont une grande facilité à créer des relations, ont une grand sens de l’écoute, elles sont plus minutieuses et elles sont très empathiques. Toutes des qualités recherchées par une clientèle de plus en plus informée et exigeante.

Personnellement, j’aime travailler dans un milieu typiquement masculin. Les choses y sont dites franchement, directement et il y a moins de fling flang, comme je dis. Bien outillée, une femme va faire sa place. Pour réussir dans ce métier, il faut des qualités personnelles mais aussi l’appui des employeurs. Aujourd’hui, les dirigeants reconnaissent ces valeurs et sont à la recheche de celles-ci.

Vous aimez les défis? La compétition vous motive? Vous aimez vous surpasser? Vous aimez être récompensé à la hauteur de vos efforts? La vente automobile, c’est pour vous! Donnez-vous tous les outils nécessaires pour réussir dans ce domaine.

Devenez conseillère-experte et soyez maitre de vos réussites. Notre formation est unique, faites partie de l’élite. http://www.technologia.com/fr/capital-humain/conseiller-vente-automobile/certification-en-vente-automobile/ …de la formation à la hauteur de vos ambitions.

Carole Tourigny Coach/Formatrice

%d blogueurs aiment cette page :