Ici, on suit le courant!!

voiture electriqueLe Québec se distingue par un nombre élevé d’achats de véhicules électriques par rapport au reste du Canada, près de la moitié des ventes s’effectuent dans notre belle province. L’offre des manufacturiers est de plus en plus grande. Mais comment s’y retrouver dans ce brouhaha de termes qui ne nous sont pas toujours familiers? Voyons cela de plus près.

On distingue trois grandes catégories de modèles : les entièrement électriques, les hybrides et les hybrides rechargeables.

Dans la première, soit entièrement électrique, ou VEB (voiture électrique fonctionnant à batterie), les voitures fonctionnent uniquement grâce à une batterie et une transmission électrique. Ils ne contiennent pas de moteur à combustion interne. Ces voitures sont idéales pour les consommateurs qui parcourent de courts trajets puisqu’elles disposent d’une autonomie restreinte. Dépendamment des modèles, ils se rechargent en moyenne en quatre heures sur une station de 240 volts; ils se branchent aussi sur une prise de maison régulière, mais le temps de charge devient alors plus long. Le système de récupération de freinage permet également d’emmagasiner une partie de l’énergie dépensée. Il existe une sous-catégorie de voitures électriques dites à autonomie prolongée; ces dernières possèdent une génératrice à essence permettant de fournir l’électricité à la batterie lorsqu’elle est épuisée.

Dans la deuxième catégorie, on retrouve les voitures hybrides (VH). Celles-ci sont munies de deux systèmes : un moteur à essence et un moteur électrique alimenté par une batterie. En fait, le terme « hybride » englobe tous les véhicules qui ont deux systèmes de propulsion différents qui fonctionnent en même temps, ou non, pour alimenter la transmission et ainsi entraîner les roues. Leur batterie est uniquement rechargée par le moteur à essence et par le système de récupération du freinage, et ce, sans aucun branchement au réseau électrique.

En dernier lieu, on retrouve la voiture hybride rechargeable (VHR). Elle fonctionne principalement sur le moteur électrique, mais a recours au moteur à combustion, donc à l’essence, lorsque nécessaire tout comme les voitures hybrides de la catégorie précédente. Cette dernière peut être branchée au réseau électrique. En général, si vous n’effectuez que de courtes distances (10 à 35 km), vous ne dépasserez jamais l’autonomie électrique de la voiture et n’aurez jamais besoin de faire le plein. Pour ces modèles, vous contrôlez les économies d’essence.

Sachez que le gouvernement du Québec prévoit qu’il y aura 1575 bornes électriques en service d’ici la fin de 2018, dont 124 à charge rapide et que le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles accorde un rabais pouvant aller jusqu’à 8 000 $ à l’achat ou à la location d’un véhicule de l’une de ces catégories. De plus, selon l’Observatoire de la Consommation Responsable (OCR), 37 % de la population de la province envisage l’achat d’un véhicule hybride et 27 % celui d’un véhicule électrique.

Serez-vous du nombre?

Publicités

Conduite hivernale

hiverAu Québec, nous sommes les premiers à savoir que les conditions hivernales de nos routes ne sont pas toujours idéales. La conduite lors de cette saison n’est pas de tout repos. Dans le domaine de la sécurité, trois mots sont à retenir : prévoyance, prudence et patience.

Consultez les bulletins météorologiques et partez en avance lorsque vous prenez la route. Essayez toujours de planifier et de prévoir les situations, les rues ou les endroits qui peuvent s’avérer dangereux. Avant de partir, assurez-vous de bien déneiger votre voiture et non pas seulement votre pare-brise ; le maximum de visibilité est nécessaire. Également, vous éviterez d’aveugler les autres automobilistes et de vous offrir une contravention salée puisque vous dérogez, du même fait, au code de sécurité de la route.

Prévoyez une période d’essai dans un stationnement désert afin de voir comment se comporte votre véhicule en cas de freinage brusque ou de dérapage. Il existe des cours de conduite hivernale. Si vous angoissez derrière votre volant durant cette saison, pourquoi ne pas vous en offrir quelques-uns ? Soyez alerte ; prévoyez une distance plus respectable par rapport aux autres véhicules, cela vous permettra de mieux réagir en cas de situation impromptue. Anticipez le temps de réaction des conducteurs derrière vous et ceux en sens inverse. Signalez d’avance vos intentions, que ce soit pour freiner ou tourner le coin. Vérifiez la quantité de lave-glace et d’essence. ; on ne sait jamais! Vous pourriez vous maintenir au chaud en cas d’accident en laissant rouler le moteur. Certaines personnes ajoutent  aussi du poids dans le coffre pour une meilleure traction.

Parler de traction ne mène qu’à la prudence. La mode est aux véhicules quatre roues motrices qui provoquent un faux sentiment de sécurité. Dès la première neige, les premiers à perdre le contrôle de leur véhicule sont souvent les nouveaux propriétaires de ce type de voiture.  Certes, la tenue de route est meilleure, mais il faut souligner que le mode de propulsion n’offre absolument aucun avantage quand vient le moment de freiner ou de négocier un virage lorsqu’on roule trop vite. Allez-y avec douceur et évitez les coups de volant et les freinages brusques. Ces manoeuvres déséquilibrent la voiture et peuvent provoquer des dérapages. Les freins ABS, présents sur votre véhicule, vous permettent de garder le contrôle sans glisser inutilement. Ainsi, en cas de freinage urgent, ils effectuent une pulsion répétée sur la pédale qui permet de conserver le plein contrôle de votre véhicule dans la trajectoire désirée. Vous ressentirez les contrecoups de la pédale; ne la relâchez pas et évitez de presser dessus à répétition. Les dispositifs de sécurité sont conçus pour assurer la sécurité des passagers. Par contre, le facteur de sécurité le plus important, c’est un conducteur vigilant qui conduit prudemment!

Finalement, patience et tolérance sont de mise. Réduisez votre vitesse sur une route enneigée ou glacée, c’est la meilleure attitude derrière le volant.  Civisme et savoir-vivre sont de mise!  Certaines personnes ne sont pas à l’aise sur les routes, particulièrement en hiver. Bouclez votre ceinture et réduisez  les distractions.Et n’oubliez pas : prévoyance, prudence et patience.

Bonne conduite! Et bon hiver!

Chronique d’automne

automneL’hiver arrivera sans doute un matin à l’improviste et notre voiture sera alors ensevelie sous quelques centimètres de neige ou bien les températures chuteront d’un seul coup et le froid nous saisira de plein fouet.

Au Québec, munir notre voiture de pneus d’hiver est obligatoire du 15 décembre au 15 mars, il y a quelques exemptions comme celle qui stipule que lors de l’achat d’un véhicule, vous êtes exemptés pour les 7 jours suivant cet achat. Vous pouvez vous renseigner sur le sujet à cette adresse : http://www.saaq.gouv.qc.ca/securite_routiere/vehicules_technologies/pneus/.

N’attendez pas la première tempête puisqu’en cette période les départements de services des concessionnaires sont très sollicités. Il vaut mieux prévenir et ainsi éviter les inconvénients que cela implique.

Bon, si comme moi, vous êtes du style à ne porter que le strict minimum pour vous prévenir du froid, je vous conseille de garder , dans votre voiture, un sac contenant une paire de gants chauds, une tuque, un foulard ainsi qu’une bonne vieille paire de bottes chaudes. Personnellement, je garde aussi de petits sachets, acheter dans les boutiques de plein air. Ceux-ci, lorsque placés dans une chaussure ou dans un gant, dégagent de la chaleur pour quelques heures. Ce petit kit vous aidera à vous garder au chaud si vous êtes en panne ou impliqué dans un accident. Bien entendu, vous me direz que le CAA ou le service d’assistance routière viendra vous dépanner, mais lors d’une tempête, ces services sont très sollicités et ceux-ci sont moins rapides que l’on ne pense et l’on doit parfois les attendre durant plusieurs heures. N’oubliez pas le grattoir, une petite pelle,  le balai à neige et quelques gallons de liquides lave-glaces.

Qu’en est-il de la mise au point hivernale? Aujourd’hui, les voitures sont plus fiables et nécessitent moins d’entretien qu’autrefois. Si les entretiens recommandés de votre manufacturier sont effectués régulièrement, vous n’avez possiblement aucun besoin particulier. Par contre, par souci de prévention et de sécurité, faites tout de même vérifier vos essuie-glaces, car rien ne vaut une bonne visibilité. Pour les voitures un peu plus âgées, une bonne vérification est recommandée. Celle-ci devrait inclure  l’alimentation, les filtres, le système d’échappement, le système de charge, le système électrique et le système de refroidissement. L’on doit aussi s’assurer que l’huile est appropriée à l’hiver et en faire le changement si nécessaire. Renseignez-vous auprès de votre concessionnaire, ceux-ci offrent toujours des forfaits à bon prix. Suite à cette inspection, vous serez en mesure d’apporter les mises au point nécessaires à la condition de votre véhicule.

Également, je profite toujours d’une belle journée d’automne pour aller faire laver et cirer ma voiture. Par la suite, je fais les retouches de peintures sur les éclats afin que le calcium et l’eau ne s’y accumulent pas causant ainsi plus de dommages à la carrosserie. Cela permet de mieux enlever la neige qui glisse plus facilement  par la suite. Je fais le grand ménage à l’intérieur, car ce n’est pas très agréable lorsque le temps est glacial.J’en profite, pour éviter le gel, à induire les caoutchoucs des portières et de la valise avec un lubrifiant approprié. Naturellement, votre concessionnaire pourra  faire ces  préparations pour quelques dollars qui, à mon avis, seront bien investis.

En préparant ainsi votre véhicule, vous serez certain qu’il est prêt à affronter l’hiver. Je nous le souhaite facile et en terminant, conduisez prudemment.

Elantra GT 2016

2016 Elantra GT

2016 Elantra GT

L’Elantra a vu le jour en 1990 et Hyundai revampe celle-ci tous les cinq ans. Au Québec, année après année, l’Elantra s’impose comme une des plus populaires de son segment. Les chiffres publiés par les constructeurs et par l’association Constructeurs mondiaux d’automobiles du Canada démontraient qu’en janvier 2014, l’Elantra de Hyundai était numéro un dans notre belle province en terme de ventes, déclassant ainsi la Honda Civic qui était à cette position depuis une quinzaine d’années.

Il faut dire que l’arrivée de Peter Schreyer, designer allemand, recruter chez Audi en 2006 y est pour quelque chose. Franck Dupré, d’Autonews dit : La forte personnalité qu’il a su insuffler aux modèles de la marque coréenne, à coups de calandre « tiger nose » et de volumes musclés, a été l’un des axes essentiels du spectaculaire développement de cette dernière au niveau mondial.

C’est justement l’une des premières choses que l’on remarque de l’Elantra. Celle-ci offre plusieurs types de carrosserie, passant de la berline au modèle d’allure sportif qu’est l’Elantra GT 2016. Son allure est fluide, lisse et très sculpturale en même temps. Elle a de superbes phares de type projecteur et des feux arrière qui débordent sur les ailes ainsi qu’une calandre complètement redessinée de forme hexagonale. Ses concepteurs lui ont donné une allure très européenne, exactement dans la ligne de pensées du nouveau président.

Pour bénéficier d’options intéressantes, vous opterez certainement pour le modèle GLS. Celui-ci inclut les pneus 16 pouces en alliage d’aluminium, les phares automatiques de type projecteurs ainsi que les phares antibrouillard. Les rétroviseurs extérieurs seront dégivrants avec les clignotants DEL intégrés. Le toit sera panoramique et vous aurez aussi le becquet arrière.

À l’intérieur, votre siège sera chauffant, électrique, et inclura le soutien lombaire, les vitres seront à commandes électriques. Vous bénéficierez du système téléphonique mains libres Bluetooth. Il est à noter que l’air climatisé arrive de base avec le modèle.

En ajoutant le groupe technologie, vous bénéficierez du système de navigation et d’un petit gadget fort intéressant, soit la caméra de recul qui se dissimule en dessous du sigle de Hyundai permettant ainsi de la protéger et de rester plus propre.

Hyundai est de plus en plus soucieuse de l’environnement et a réduit la consommation d’essence de ses modèles, ce qui est toujours apprécié vu le prix de l’essence actuel. De plus, les garanties offertes par ce constructeur sont parmi les meilleures dans l’industrie. Vous roulerez en toute quiétude durant de longues années en n’ayant pas à vous soucier de dépenses inattendues.

Il est certain que son passage dans les rues fera tourner les têtes.

Irez-vous l’essayer?

Mercedes Benz GLA 250 2015

mercedes-benz-gla250 

Ma chronique dans le Québec Scope de juin 2015

Cliquer ici pour lire l’article

http://www.myvirtualpaper.com/doc/Quebec-Scope/1-juin-15/2015060501/101.html#100

Ma chronique du mois de mai 2015

Voici ma chronique parue dans l’édition du magazine culturel Québec Scope

RVR

Cliquez ici pour la lire. Merci!
Mitsubishi RVR 2015

Partenariat avec Québec Scope

Le magazine Québec Scope est un répertoire culturel et touristique.  Le magazine est un véritable outil de promotion de la vie des arts, de la culture et du divertissement de Québec, au moyen d’un calendrier complet de toutes les activités. C’est un incontournable à lire pour toutes vos sorties dans la grande région de Québec

www.quebecscope.com

Cliquez sur le lien suivant pour accéder à mon  premier article paru dans l’édition d’avril 2015

Jeep Renegade 2016

Je tiens a remercier un ami, Michel Poulin de m’avoir chaudement recommandé et d’avoir rendu ce partenariat possible.

Les comportements d’achats en 2015

0008555886P-565x849Être conseillère en vente d’automobiles nécessite d’être informée sur le marché dans lequel elles travaillent. Connaître les habitudes des acheteurs aide à mieux les servir et mieux répondre a leurs besoins.

Chaque année l’IHS sort une étude appelée : IHS Study, Influence on Online Automotive buyers 2015. Voici des extraits de cette étude que je trouvais intéressants :

70 % des acheteurs de voiture ne savent pas quel véhicule ils voulaient quand ils ont débuté leur processus d’achat D’où la nécessite de bien connaître nos produits ainsi que ceux de la compétition. Prendre le temps de bien renseigner un client, de faire un suivi après une visite vous donnera plus de chance de le revoir pour conclure la transaction

Les temps de recherche de véhicule n’ont pas cessé d’augmenter, en particulier parmi les consommateurs qui utilisent l’Internet. Les acheteurs de véhicules neufs passent en moyenne environ 17 h à magasiner dont 12 h 30 en recherche sur internet je considère que c’est la preuve que les clients font plusieurs recherches et qu’ils magasinent plusieurs modèles. Bien connaître son inventaire et faire une bonne analyse des besoins est primordial.

Le temps de recherche en ligne augmente de plus en plus vers les sites des manufacturiers plutôt que sur les sites de recherche spécialisés. En 2015 les acheteurs de véhicules d’occasion consulteront les sites de manufacturiers en moyenne pendant 1 h. Les sites de concessionnaires pendant 3 h. Avec plus de temps passé en ligne et moins de temps consacré à la recherche, il est primordial d’avoir un site qui répond aux attentes des acheteurs d’automobiles.En venant à la concession, les acheteurs sont beaucoup plus conscients et mieux informés des choix qui s’offrent à eux. Ils auront choisi de se rendre dans votre concession à la suite d’une analyse complète de l’information disponible sur votre site. Prendre le temps de bien connaître son propre site et ainsi pouvoir guider les clients à travers celui-ci n’est pas une option, c’est une obligation. L’utilisation des sites des manufacturiers est surtout faite pour comparer les modèles et ceux des concessionnaires surtout pour l’inventaire. L’étude annuelle de Capgemini, Cars Online, interroge les clients de l’industrie automobile dans 8 pays dont la France, sur leur comportement d’achat et leur utilisation des véhicules.  La 14e édition de cette enquête révèle que 94 % des consommateurs interrogés débutent leur parcours d’achat sur internet.

Peu d’acheteurs visitent les pages Facebook; parmi ceux qui le font, environ 1 sur 5 sont influencés par les évaluations/témoignages et commentaires disponibles en ligne.Il serait donc important, si vous utilisé une page Facebook professionnelle, que celle-ci soit alimentée par vos clients, vos collègues ou par vous-mêmes. Selon l’étude, 1 acheteur sur quatre regarde une vidéo en ligne, pensez à partager celles de votre manufacturier. Il ne faut pas sous-estimer le pouvoir du bouche-à-oreille et celui des recommandations de proches.

L’Internet est la source de recherche de véhicules usagés la plus utilisée par les acheteurs. Les acheteurs de véhicules neufs sont plus susceptibles d’utiliser la télévision et les magazines. Connaître vos propres publicités démontrera votre professionnalisme. Rien n’est plus choquant que d’appeler a un endroit pour un renseignement et que l’on se fasse répondre :je ne suis pas au courant ou je vous rappelle! Les conseillers aux ventes, sont des spécialistes, il m’est impossible d’imaginer que celui-ci ne connaissent pas ses propres promotions puisque ce sont celles-ci qui attirent les clients chez vous.

Les acheteurs ont tendance à être satisfaits de leur expérience de magasinage, avec presque 6 acheteurs sur 10 se déclarant : très satisfaits. L’étude démontre que plus un client passe du temps en concession, plus il est insatisfait et le temps passé en concession ne cesse d’augmenter d’une année à l’autre. Le conseiller qui passe son temps à sortir de son bureau pour aller se renseigner crée de l’insatisfaction chez les clients. Il est primordial de ben connaître ses produits, promos et autre information relatives à nos modèles. Être conseiller aux ventes, ce n’est pas que recevoir les clients, cela demande un investissement de temps dans l’étude et la recherche d’information concernant les produits.

Les plus grandes zones de frustration et d’insatisfaction sont le temps nécessaire pour remplir les formalités administratives et négocier un prix pour leur véhicule d’échange. Un conseiller avisé en vaut deux! Si vous le savez, faites en sorte que ce soit plus agréable.

Les premiers contacts s’effectuent encore en majorité par une visite directement en concession. Cependant, le nombre de contacts initiaux effectués par téléphone augmente de façon significative année après année : Walk in = 55 %; Téléphone = 29 %; email = 12 % et Chat en ligne = 2 %). L’importance de diversifier les différentes approches envers la clientèle fait partie des nouvelles compétences à acquérir.

Pour terminer, dites-vous que c’est au début du processus d’achat que les nouveaux acheteurs sont les plus influençables. Je crois que le succès réside dans le fait que pour les atteindre et les influencer, il faut leur donner le bon message, au bon moment et dans les bons endroits.

Pourquoi devenir conseillère en vente d’automobiles?

Les femmes sont peu présentes dans le domaine de la vente automobile. Pourtant c’est un domaine qui leur convient parfaitement et qu’elles auraient avantage à découvrir. Comme j’ai mentionné dans de précédents articles, les femmes ont naturellement des qualités qui font d’elles d’excellentes conseillères en vente. Elles sont à l’écoute, elles sont organisées et sont très empathiques. Elles ont donc toutes les qualités nécessaires pour briller dans ce métier, mais elles sont souvent mal renseignées par rapport aux réalités qui l’entourent. Voici, entre autres, 5 bonnes raisons de devenir conseillère en vente d’automobiles.

1. Pour un revenu supérieur à la moyenne

Une conseillère-experte en vente d’automobiles peut espérer un salaire avoisinant les 80 000 $ par année. Ces postes ouvrent aussi les portes vers d’autres échelons au sein même de la concession comme celui de directrice aux ventes, qui procurent un revenu et des avantages encore plus élevés. Une conseillère, bien coachée, formée et désirant constamment se renouveler pourra atteindre un revenu à la hauteur de ses compétences et de son expertise.

2. Pour des horaires flexibles

Selon le temps de l’année et l’horaire de vos collègues de travail entre autres, vous aurez la possibilité d’agencer le vôtre à votre vie familiale et sociale. Bien sûr pour être performant, il faut y consacrer temps et énergie. La routine n’existe pas dans ce milieu.

3. Pour travailler dans un environnement stimulant

Le monde de l’automobile est en constante évolution. Les compagnies investissent des milliers de dollars en recherche et développement afin d’offrir des véhicules de plus en plus performants et possédant de nouvelles technologies. Que ce soit pour la sécurité sur la route, la performance ou le potentiel écologique d’un véhicule, les conseillères en vente automobile sont aux premières loges de ces évolutions.

4. Pour un travail valorisant

L’achat d’une nouvelle voiture est source de stress pour plusieurs consommateurs. Aidez un client à choisir le modèle qui lui convient et le voir repartir heureux est extrêmement valorisant. Recevoir les commentaires de clients satisfaits et les conseillers à nouveau quelques années plus tard est le plus beau cadeau.

5. Pour le plaisir de conduire un modèle neuf

Êtes-vous fière de votre véhicule? En travaillant comme conseillère, vous aurez l’occasion de conduire une voiture neuve et d’en changer régulièrement. En effet, les concessionnaires mettent à votre disposition des démonstrateurs dans le but d’en faire la promotion et d’en apprendre les caractéristiques

 

Si devenir conseillère-experte en vente d’automobiles vous intéresse, foncez! La demande est réelle! Plusieurs concessionnaires sont à la recherche de conseillère-experte. Pour plus de renseignements, visitez le:

www. academie-coaching-elite.com

Expérience d’achat: L’histoire de Valérie

 

hyundai linking

 

Valérie était étudiante lorsque ses parents décidèrent de lui acheter une voiture neuve. Valérie allait voyager d’Ottawa à Sherbrooke toutes les fins de semaine, alors elle devait avoir une auto en ordre. Ils voulaient savoir leur fille en sécurité et aussi la mettre à l’abri des dépenses inattendues de réparation. Budget et critères en tête, Valérie et sa mère partirent faire le tour des concessionnaires. Elles n’avaient pas de marque privilégiée, elles souhaitaient seulement trouver une voiture abordable, consommant peu, 4 portes et automatique.

Le premier concessionnaire qu’elles visitèrent était Mazda. C’est un jeune conseiller qui les accueillit. Il n’avait pas l’air très bien informé sur le produit qu’il vendait. Il répondait aux questions que Valérie et sa mère posaient de façon très évasive et utilisait des phrases préfabriquées. Le conseiller en vente, Valérie et sa mère se rendirent dans le stationnement afin de voir l’inventaire. À un certain moment, il décida d’enlever son veston et il alla le porter dans sa voiture. Cela ne fait pas très professionnel! De plus, elles n’ont pas trouvé très rassurant le fait que le conseiller ne possédait pas une Mazda, mais bien une BMW et qu’il semblait fier de la leur montrer!! Les deux femmes quittèrent le concessionnaire en espérant que leurs autres visites se dérouleraient autrement.

Valérie et sa mère se rendirent chez Volkswagen où elles constatèrent que les voitures n’étaient pas dans leur budget. Un conseiller positif et dynamique leur présentât quand même des voitures usagées, mais aucune d’entre elles ne convenaient à Valérie. Les deux femmes visitèrent une dizaine de concessionnaires, mais il y avait toujours quelque chose qui les faisait hésiter. Les deux femmes qui ne se sentaient pas dans leur élément auraient adoré se faire aider par une femme, mais ce ne fut pas le cas, aucune conseillère parmi tous les concessionnaires visités.

Les deux femmes se rendirent ensuite chez un concessionnaire Hyundai où elles furent accueillies par un vrai <<vendeur de chars>> selon leurs dires. Un homme qui ne les écoutait pas et qui essayait de leur vendre ce que lui voulait. En effet, il voulait leur vendre une voiture usagée au prix de 4,000 $ quand elles disaient vouloir une voiture neuve et fiable qui ne nécessiterait pas de réparations dans un futur proche. Pour ajouter à la situation déjà désagréable, le vendeur invita la mère de Valérie à aller souper durant le rendez-vous.

Ayant aimé un modèle chez Hyundai, elles décidèrent de retourner dans un autre concessionnaire de la même marque. Elles furent accueillies par Francis, un homme à l’écoute qui répondit à toutes leurs questions de façon claire et précise en employant plusieurs termes et des exemples pour être certain qu’elles comprenaient bien. Le processus d’achat fut très rapide et sans problèmes. Francis s’assura que ses clientes soient satisfaites à tous les moments de la transaction.

Valérie put commencer l’Université avec sa nouvelle voiture et tout le monde fut ravi. L’année suivante, la mère de Valérie dut changer sa voiture. Devinez qui elle décida d’aller voir. Francis.

Un bon conseiller dispose de plusieurs ressources qui lui permettent de servir et de guider correctement ses clients. Il est à l’écoute, transparent, clair et précis. C’est tout cela qui fait une vente et même deux!

%d blogueurs aiment cette page :